Le‌ ‌mortier‌ ‌de‌ ‌jointoiement‌, ‌comment‌ ‌le‌ ‌réaliser‌ et le doser ‌?‌

Le mortier de jointoiement est indispensable pour assembler des parpaings, des pavés, des briques… C’est un produit qui, bien dosé, assure ainsi une tenue parfaite à vos assemblages.

Il est donc nécessaire de bien savoir préparer ce mortier pour le travailler facilement et pour qu’il soit efficace. Nous allons voir comment…

mortier-jointement

Un mortier c‘est quoi exactement ?

Un mortier est généralement composé d’un mélange de sable, de ciment et d’eau. C’est un mélange qui est largement utilisé pour de nombreux travaux de maçonnerie lorsqu’il faut assembler des briques, refaire un jointoiement, pour des murs, pour des terrasses etc…

Un mortier de jointoiement offre toutefois une durabilité plus faible que celle obtenue avec du ciment, de même c’est un produit qui n’est jamais utilisé pour une application en épaisseur, le mortier est de consistance plus crémeuse, il se travaille ainsi plus aisément.

Le mortier est dosé différemment selon son usage, c’est surtout la quantité d’eau qui varie pour un mortier de consistance différente.

Généralement, le mortier est dosé selon 4 volumes de sable, un volume de ciment pour 0,5 volume d’eau. Pour un jointoiement de pavés il faut compter sur un mortier très gras par exemple… Cela implique que le dosage sera de 300 kg/m3, voire 400 kg/m3 pour le ciment, un sable très fin de 0/2 ou 0/1, un peu d’eau très propre pour le mélange, afin d’obtenir un mortier très pur et très propre.Pour les alternatives qui existent au mortier de ciment on trouve le joint réalisé avec du sable, cette pratique convient bien pour les pavés ou dalles d’une allée ou d’une terrasse. L’objectif est de caler et de bloquer les matériaux qui sont très resserrés.

Vous pouvez également acheter un mortier tout prêt, le commerce propose de nombreux mortiers de jointoiement qui sont vendus prêts à l’emploi.

Quel type de mortier dois-je utiliser ?

Selon la nature des travaux à réaliser, il faut en effet choisir son type de mortier. S’il s’agit de travaux sur un mur, pour une terrasse, pour des pavés en béton, pour des pierres naturelles… Mais également, s’il s’agit d’une surface qui doit supporter des piétons ou des voitures, forcément, la solidité du mortier joue un rôle important.

Dans ces conditions vous pouvez opter pour des mortiers prêts à l’emploi qui offrent différents types de charges et donc de poids supportés et aussi différents degrés de perméabilité. De nombreux fabricants proposent des produits très fiables. 

Les différents dosages du mortier de jointoiement

Afin de doser correctement votre mortier de jointoiement, il faut pouvoir déterminer le volume de chaque gâchée et donc le contenant dans lequel vous allez faire votre mélange. Pour avoir une idée, il faut savoir qu’un seau de maçon a une contenance de 10 litres, une brouette selon le modèle contient entre 44 à 90 litres, le modèle de brouette le plus utilisé est de 60 litres.

Pour obtenir 1 m3 de mortier, il faut :

  • 300 kg de ciment (8,6 sacs de 35 kg) ;
  • 1 200 kg de sable (0/2 ou 0/1) ;
  • 150 litres d’eau.

Avec 1 m3 de mortier vous pouvez ainsi assembler une surface d’environ 55 m², c’est à dire environ 550 parpaings (20 x 20 x 50 cm).

Pour une dose plus faible avec un seul sac de ciment de 35 kg, il faut :

  • 35 kg de ciment,
  • 140 kg de sable (0/2 ou 0/1) ;
  • 17 litres d’eau.

Cela offre 115 L de mortier.

Il reste préférable de faire votre mortier de jointoiement en petites quantités plutôt qu’une pleine brouette mais cela dépend évidemment de l’ordre de grandeur des travaux que vous voulez entreprendre.